Désherber écologiquement, c’est possible ?

Pendant des décennies, les herbicides chimiques ont fait partie de la routine d’entretien des pelouses de presque tout le monde. Les produits couramment utilisés allaient de la lutte contre les adventices en pré-levée aux combinaisons d’engrais et de désherbants jusqu’au désherbant omniprésent et controversé à base de glyphosate (RoundUp), qui tue toutes les plantes. Ces produits chimiques agressifs sont devenus persona non gratas dans les jardins et potagers modernes.

En effet, un nombre croissant de personnes ne veulent plus appliquer de pesticides chimiques (qui tuent les insectes) ou d’herbicides (qui tuent les plantes) sur leur pelouse et dans leur jardin, par conscience croissante des effets négatifs, et parfois dévastateurs, sur l’environnement et sur la santé des personnes et des animaux. Mais est-il vraiment possible de désherber, c’est-à-dire de tuer les mauvaises herbes, sans faire souffrir l’environnement ?

En fait, la lutte biologique contre les mauvaises herbes ne consiste pas tant à les traiter qu’à les prévenir. Un sol sain conduit à une pelouse saine qui décourage la croissance des mauvaises herbes. Les mauvaises herbes sont des opportunistes et leur présence indique généralement un problème de la terre.

La présence de certaines mauvaises herbes peut être le signe d’une carence du sol ou d’autres problèmes qui, une fois résolus, atténueront la pression exercée par les mauvaises herbes. Un gazon en pleine croissance est capable de faire concurrence aux mauvaises herbes et d’éviter les infestations de mauvaises herbes. Voici quelques méthodes préventives efficaces :

Compost & travail des sols

Il existe plusieurs moyens de réduire la banque de graines de mauvaises herbes dans le sol. Tout d’abord, il est nécessaire de ne plus ajouter de nouvelles semences. Les mauvaises herbes à proximité des parcelles cultivées mais aussi à l’intérieur des plantations et des cultures doivent être détruites avant la germination des graines… Le compostage à une température supérieure à 60°C empêche la germination de toute graine présente dans le compost.

Là encore, il s’agit de travailler le sol avant la plantation (technique du faux lit de semence). Cela permet aux mauvaises herbes de germer et elles peuvent ensuite être détruites mécaniquement ou thermiquement une fois qu’elles ont germé. Cette technique ne peut être appliquée que sur un sol non planté, par exemple dans une pépinière ou avant la plantation de nouvelles plates-bandes.

Couvrir la terre : la méthode du paillage

L’idée est ici de couvrir le sol afin de limiter la croissance des mauvaises herbes. Le sol peut être recouvert de plantes couvre-sol dans des lits de plantes vivaces ou d’engrais verts dans la pépinière. Toutefois, les plantes couvre-sol nécessitent un entretien assez intensif au cours des premières années. Les exemples les plus courants sont : le lierre, le cotonéastre, la fougère, la pervenche …

Un “paillis organique”, composé d’écorces, de compost de broussailles, de copeaux de bois ou de coques de cacao, limite fortement la croissance des mauvaises herbes dans les plates-bandes et les berges de plantes vivaces. Pour plus d’efficacité, une toile anti-graminées peut être posée sous le paillis. Ce tissu est fabriqué à partir d’un matériau synthétique poreux (il laisse passer l’eau et constitue une barrière efficace contre les mauvaises herbes).

Il existe également des plastiques agricoles micro-perforés (qui ont l’inconvénient de ne pas bien vieillir), des films non-tissés fabriqués à partir de fibres de polypropylène liées thermiquement qui sont très résistants, poreux et non dégradables. On parle aussi de technique du “surpeuplement” en matière de désherbant naturel : il s’agit de ne pas laisser de place aux adventices pour éviter leur développement.

Labourer pour éviter le désherbage 

Labourage ou retourner votre terre de jardin apportera de nouvelles graines de mauvaises herbes à la surface. Au lieu de cela, essayez d’ utiliser la méthode sans labour de jardinage ou le jardinage à la main (arrache mauvaise-herbe, désherbeur à trépied, binette), où vous dérangez le sol aussi peu que possible.

Si vous êtes graines de plantation, creuser seulement aussi loin que vous avez besoin de les planter, au lieu de labourer le lit entier. La méthode sans labour améliore également la structure du sol et la fertilité, et augmente la population des organismes bénéfiques dans le sol.

La fertilisation et l’irriguation sont des points clefs

Les éléments nutritifs et de l’eau que vous donnez à votre jardin aideront es mauvaises herbes poussent tout autant qu’ils aideront les légumes et les fleurs que vous voulez. Il s’agit donc à ne donner à vos plantes ce dont ils ont besoin.

Utiliser l’irrigation goutte à goutte ou des sacs d’irrigation spécifiques pour fournir de l’eau que les racines de vos plantes, et évitez les espaces vides autour d’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *