Fibre d’agave : le nouveau textile naturel

Depuis quelques années, la fibre d’agave a complètement révolutionné le domaine du textile. Issue de l’agave, cette fibre, qui n’est autre que de la soie, est entrée dans la famille des fibres naturelles et semble même représenter une alternative plus intéressante au coton ou au lin. Non seulement elle est plus facile à produire, mais en plus, ses usages sont multiples.

Une alternative plus simple aux autres fibres naturelles

Ce qui séduit les professionnels du textile dans la fibre d’agave, c’est à coup sûr son cycle de production plus simple. En effet, sur le plan structurel, la fibre d’agave est bien plus proche de la soie. Or, il s’avère que celle-ci est issue de la sériciculture naturelle, qui utilise des vers de soie. Pour un kilo de soie brute, il faut 6000 vers et un délai de production relativement long. En plus, il faut respecter plusieurs conditions thermiques. C’est ce qui justifie que la soie soit un textile aussi onéreux.

Vers de soie

La fibre d’agave partage donc avec la soie son naturel et sa douceur. Par contre, celle-ci est issue de l’agave, une plante déjà très utilisée dans l’industrie agroalimentaire (comme avec le sirop d’agave). On retrouve ce cactus en masse dans des régions très arides comme le Maroc et le Mexique. Il ne nécessite pas d’importantes ressources pour grandir et ne nuit donc aucunement à l’environnement. Son exploitation est également moins coûteuse, ce qui rend la soie d’agave plus abordable.

Une production plus simple et plus durable

Du fait du succès que connaît la fibre d’agave, de nombreuses plantations ont vu le jour dans les régions où la plante pousse le mieux. Les feuilles d’agave arrivent à maturité au bout de 8 à 25 ans selon les espèces. Contrairement au coton, l’agave résiste aux pires conditions climatiques, elle n’a pas besoin d’eau en excès. Étant de la famille des cactus, elle est capable d’emmagasiner de l’eau pour faire face aux sécheresses.

Feuille d'agave

Au bout de la culture, les feuilles peuvent atteindre 15 mètres de haut et la quantité de fibres brutes obtenue par plante est impressionnante. Les fibres sont mises à nue lorsque les feuilles sont écrasées pour être séparées du résidu vert qui les enrobe. Elles sont alors soigneusement peignées, après avoir été lavées. Pour obtenir des fibres colorées, les fibres blanches obtenues sont alors teintées.

Comme vous pouvez le constater, ces fibres sont donc entièrement biodégradables. De plus, leur fabrication n’intègre aucune utilisation de produits chimiques. Ces méthodes sont inspirées de celles qu’utilisent depuis des siècles les sociétés traditionnelles qui les utilisent depuis toujours.